Biographie

Premier alto-solo de l’orchestre de la radio de Stuttgart (SWR Symphonieorchester) l’altiste Jean-Eric Soucy a récemment redécouvert, édité et enregistré trois concertos classiques écrit par Friedrich-Wilhelm Benda (1745/1814). Ce projet, étalé sur plusieurs années, illustre parfaitement l’esprit et l’engagement de cet altiste aux horizons multiples. La musique de chambre, le récital et l’enseignement complètent une vie musicale déjà bien remplie par son rôle de soliste à l’orchestre.

Ses activités de soliste et chambriste l’ont menés sur les cinq continents. Des tournées en Australie en passant par des master-class au Brésil, les rencontres musicales lors de festivals en Espagne, Belgique, Autriche, Tunisie entre autres, lui ouvrent les portes sur des mondes fascinants, pas toujours seulement dans l’univers classique d’ailleurs. Des projets éclatés en compagnie d’artistes comme Nigel Charnok, Michael Riessler, Ken Zuckerman, Serge Denoncourt, Pierre Charial, etc., ont jalonnés sa carrière et nourris son imaginaire artistique.

Difficile de résumer en quelques lignes une vie pleine de rencontres provoquées par la découverte et l’interprétation du répertoire très large qu’englobe l’alto, une histoire de partage qui continue…

Formé au conservatoire de musique du Québec ( Chicoutimi et Québec), où il obtient des premiers prix en alto et musique de chambre, il poursuit ses études en Autriche auprès d’Hatto Beyerle alors professeur à la Musikhochschule de Vienne. Lors de différents Masterclass et stages de perfectionnement, il côtoie des personnalités musicales qui lui ouvrent des portes sur un monde qui le fascine. Les altistes Raphael Hyllier, Max Rostal, Paul Doktor, Emanuel Vardi,mais aussi le flûtiste Alain Marion, le violoniste Zoltán Székely, le violoncelliste Tsuyoshi Tsutsumi, le hauboiste Perry Bauman et les chefs Klaus Tennstedt et Simon Streatfeild ont tous, à leur manière contribués à l’épanouissement de la passion du jeune étudiant en alto

En 1988 Jean-Eric Soucy participe pour la première fois à un concours international, le Lionel Tertis Viola Competition en Grande Bretagne (Île de Man) et y remporte le troisième prix. Il figure aussi en tant que semi-finaliste lors de deux autres concours, le Maurice Vieux en France et le Naumburg à New-York. A cette dernière occasion, nous pouvions lire dans la presse spécialisée américaine: « One of the favorites because of his sweeping phrases and rather dusky, plaintive sound » ( Jacqueline Jones -The String Magazine- )

A la suite de ses débuts en 1982 avec le Canadian Chamber Orchestra (alto solo), il se joint au plus vieil orchestre du Canada, l’orchestre symphonique de Québec. Nommé soliste en 1986 il y demeurera jusqu`en 1991. Parallèlement, il participe en 1984 aux côtés de Bernard Labadie, à la fondation des Violons du Roy, un des meilleurs ensembles du moment, dont il restera alto solo jusqu’en 1991.

Toujours à cette époque, il met sur pied le festival de musique de chambre  » Le Rendez-Vous Musical de Laterrière » dont il sera directeur artistique jusqu`en 2003. Ce festival réunit des musiciens provenant d’Europe et d’Amérique qui, l’espace d’un moment, oublient leurs carrières de solistes pour se consacrer à la musique de chambre au plus haut niveau. On lui doit également la réalisations de différents stages dont la « Pâques de Quatuors », et les « Symposiums internationaux d`alto » au Québec et en Autriche.

En 1992, il succède à Ulrich Koch comme premier alto-solo de l’orchestre de la radio de Baden-Baden-Freiburg, devenu après une fusion disputée l’orchestre de la radio de Stuttgart ( SWR Symphonieorchester Stuttgart). Il visite comme alto-solo invité le Basler Sinfonieorchester, Zürich Oper, Bamberger Symphoniker, Frankfurt Rundfunkorchester, Stuttgarter Philharmonie, NDR Hannover, Gewandhaus Leipzig, Philharmonisches Staatsorchester Hamburg, etc. En tout, plus d’une quarantaine d’orchestres sur deux continents.

En tant que soliste, Jean-Eric Soucy a interprété les concertos de Bartok, Benda, Telemann, Stamitz, Mozart(Concertante), la suite Waughan-Williams, le Lachrymae de Britten, Harold en Italie de Berlioz dans des salles aussi prestigieuse que l’Académie Ste-Cécile à Rome ou le Alte Oper à Francfort, scènes qu’il partage avec l’Orchestre de chambre royal de Wallonie, le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden-Freiburg, Les Violons du Roy,l’Orchestre Symphonique de Québec, etc. Il collabore entre autre avec les chefs Bernard Labadie, Sylvain Cambreling, Arnold Östmann, Simon Streatfeild, Jonathan Cohen. Il enregistre pour les radios canadienne, belge, autrichienne, allemande, italienne, suisse, luxembourgeoise, et pour les étiquettes Hänsler, Antes, CPO, Arte Nova, Ars, See Igel Edition.

Boulez, Grisey, Zender, Ospald et autres compositeurs de notre temps font parti du quotidien musical de Jean-Eric Soucy.

Monsieur Soucy joue sur un magnifique instrument du maître luthier Stefan Hodapp (Offenburg 1998).